Le Val-de-Marne est un vivier d’artistes urbains qui clament haut et fort leur appartenance au territoire. Qui sont les rappeurs emblématiques du département ? Retrouvez notre liste non exhaustive des rappeurs val-de-marnais les plus connus et retracez avec nous leur parcours.

Les rappeurs les plus connus du 94

Vitry, fief hip-hop

Vitry-sur-Seine est un pôle majeur du hip-hop en Val-de-Marne. La cité vitriote est le fief de plusieurs MCs incontournables à l’instar de Lionel D, l’un des pionniers du hip-hop en France qui nous a récemment quittés. Celui qui a grandi à Vitry animait l’émission Deenastyle sur Radio Nova à la fin des années 1980 avec son compère DJ Dee Nasty, pionnier du mix dans l’Hexagone. Cette tribune hebdomadaire a fait connaître le mouvement hip-hop en France, en diffusant des groupes français désormais mythiques à leurs débuts ainsi que les dernières nouveautés des ondes américaines.

113, le groupe formé en 1994 et composé des amis d’enfances Rim’K, AP et Mokobé, a également ses racines dans la ville du Val-de-Marne. Son premier album Les Princes de la ville dresse un portrait de leur quotidien dans les cités du département. Le disque remporte un vif succès dès sa sortie ce qui vaudra d’ailleurs au trio de remporter une Victoire de la Musique en 2000. Ce projet s’est depuis imposé comme l’un des albums incontournables du rap français.

Le collectif Mafia K’1 Fry, fondé sous l’impulsion de Kery James et Manu Key, regroupait des artistes de plusieurs horizons venus de Vitry-sur-Seine mais aussi de Choisy-le-Roi, Orly, et Joinville-le-Pont. Ce pur produit val-de-marnais regroupait aussi des graffeurs, des danseurs et était une marque de vêtements. Il a notamment réalisé l’album La Cerise sur le ghetto en 2003 qui a marqué les esprits avec les titres Pour ceux et Balance, devenus emblématiques dans le milieu hip-hop.

Rohff a également des liens forts avec Vitry-sur-Seine pour y avoir passé une partie de sa jeunesse. Ce fût également le point de rencontre avec Mokobé et le début de sa proximité avec le collectif Mafia K’1 Fry. Très fier d’être val-de-marnais, il a d’ailleurs dédié un titre au département intitulé « 94 » sur son album La fierté des nôtres sorti en 2004, dans lequel il déclare : « Le Val de Marne mon deuxième pays ».

Le groupe indépendant D.T.F., composé de Samy Taourirt (RTI) et Karim Azzouz (RKM), est également né à Vitry, plus précisément à la Cité Gagarine. Ils sont d’ailleurs proches de PNL : les deux frères ne sont autres que les cousins de RKM. Formé en 2015, le duo a déjà réalisé à ce jour quatre albums studio.

Claude MC, voyage lyrique en Val-de-Marne

MC Solaar, de son vrai nom Claude M’Barali, a grandi à Villeneuve-Saint-Georges comme il le rappelle dans Quartier Nord : « Je viens du sud de la capitale qu’on appelle Villeneuve-Saint-Georges ». Il s’est installé par la suite à Maisons-Alfort, en témoigne son morceau mythique Bouge de là issu de son premier opus Qui sème le vent récolte le tempo : « Tout a commencé là-bas, dans la ville qu’on appelle Maisons-Alfort ». Il a également vécu une partie de sa vie à Villiers-sur-Marne. Avec huit albums au compteur, il est l’un des piliers du rap en France et a également collaboré avec des artistes internationaux dont Guru de Gang Starr sur l’album Jazzmatazz Vol. 1.

Ambiance californienne sur les bords de Marne

Originaire de Joinville-le-Pont, le rappeur Aelpéacha est actif depuis les années 1990. Il a grandement contribué à la popularisation du mouvement G-Funk (pour « Gangsta Funk ») en France. Ce courant hip-hop ancré sur la côte Ouest des Etats-Unis est influencé par la musique funk et le style de vie californien, des inspirations que l’on retrouve dans ses morceaux. L’interprète de Val II Marne Rider, son album référence, est également à l’origine de nombreuses productions pour des artistes tels que Stomy Bugzy et Driver qu’il enregistra dans son ancien studio d’enregistrement de Joinville-le-Pont (Studio Delaplage).

Engagement lyrique et politique

Kery James a grandi à Orly où il s’est fait repérer à l’âge de 11 ans par MC Solaar, qui propulsa sa carrière. Le rappeur est réputé pour son engagement politique qu’il traduit dans ses rimes. Il évoque dans ses textes la banlieue et les inégalités sociales. Le MC, qui possède 10 albums à son palmarès, est aussi à l’origine de la création d’Ideal J, un groupe militant et omniprésent sur la scène rap dans les années 1990. Il était également proche du collectif de la Mafia K’1 Fry. Daddy Kery comme on le surnomme a également réalisé en 2019 le film Banlieusards diffusé sur Netflix et tourné à Champigny-sur-Marne. Son fort attachement au Val-de-Marne se confirme dans ses projets, à l’image du morceau « 9.4 c’est le Barça » : « 94 c’est le mental, ce n’est pas juste un code postal ».

Rocé a passé une partie de sa jeunesse à Thiais où sa famille est arrivée alors qu’il n’avait que 4 ans. Artiste engagé, il est connu pour ses textes incisifs et très travaillés. Deux albums se distinguent dans sa discographie : L’Etre humain et le Réverbère ainsi que Gunz N’Rocé, vivement salués par la critique. Son dernier projet en date, intitulé « Par les Damné.e.s de la terre, des voix de lutte 1969-1988 », est une compilation de musiques francophone des luttes anticoloniales et ouvrières des années 1970.

Un rap Intouchable

Le groupe Intouchable a été fondé à Choisy-le-Roi et Orly par ses membres fondateurs MS et Demon One. Il fait également pleinement partie du collectif Mafia K’1 Fry. Avec deux albums et plusieurs maxis et mixtapes à son actif, Intouchable est reconnu pour ses collaborations avec le groupe 113 sur Hold-up ou encore ses projets avec Oxmo Puccino, Rohff, Manu Key et Kery James.

Dans le sud du Val-de-Marne

Bien qu’il ait été révélé lors de son arrivée à Marseille, Lacrim a passé une partie de sa jeunesse en Val-de-Marne, à Chevilly-Larue, une commune à laquelle il est toujours très attaché. Le rappeur a réalisé à ce jour 3 albums en studio ainsi que de nombreuses mixtapes, maxis et EP dont Force et Honneur, son projet le plus marquant. Désormais connu dans le monde entier, il collabore avec des figures du milieu : Snoop Dogg, Rick Ross ou encore 6ix9ine et Oxmo Puccino.

Le protégé de Booba

Nessbeal a également grandi dans le département, à Villiers-sur-Marne. Il a co-fondé le groupe Dicidens dans les années 1990, connu pour avoir sorti plusieurs maxis notamment avec Lunatic, l’un des premiers groupes de Booba. Proche du rappeur de Boulogne-Billancourt, il a également fait partie du label 92I et a participé, à ce titre, aux albums Temps Morts et Panthéon. Il a depuis quitté le collectif et a sorti deux albums et une mixtape.

PNL, d’Ivry au toit du monde

Les deux frères du groupe PNL, Ademo et N.O.S., ont passé une partie de leur adolescence à la Cité Gagarine d’Ivry-sur-Seine. Une immense bâche reprenant le visuel de leur dernier album avait d’ailleurs été posée sur le site avant sa démolition programmée. Depuis la sortie de leur premier projet Le monde Chico sorti en 2015, le duo s’est imposé comme une référence en France mais aussi à l’internationale, porté par leur second album Deux Frères toujours aussi populaire.

Festivals hip-hop en Val-de-Marne

Vous aurez peut-être la chance de voir certains artistes sur scène lors des nombreux festivals hip-hop qui ont lieu chaque année en Val-de-Marne : Fresne(s)zik à Fresnes, le Festival de passage à Fontenay-sous-Bois ainsi que le Festival des Cultures Urbaines à Vitry-sur-Seine. Attention, les éditions 2020 ont été annulées alors rendez-vous en 2021 !

Commentaires

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *