Installée au cœur du plus haut donjon d’Europe de septembre 2016 à janvier 2017, l’exposition « Noir éclair » s’est emparée du château de Vincennes. Revivez avec moi cette visite insolite !

Le street-artiste ZEVS expose au château de Vincennes

ZEVS, artiste incontournable du graffiti en France et mondialement reconnu, est à l’honneur de cette initiative du Centre des monuments nationaux. C’est un événement : l’ensemble des œuvres ont été créées spécialement pour le monument et font écho à son histoire.

Venez, je vous emmène avec moi pour la découvrir !

Art urbain et art contemporain se confrontent

La première œuvre que je découvre se situe dans la cour du château et m’offre un panorama unique sur le donjon. Je m’empresse d’immortaliser ce moment. Plus loin, des flammes ont été dessinées dans les douves du château tandis que des jeux de lumière sont dressés tout autour du chemin de ronde. Aucun doute : ZEVS est passé par là !

ZEVS s’empare du château de Vincennes ©CDT94/A. Bertrand

Après avoir franchi le pont-levis menant au donjon, dont une réinterprétation du logo Ferrari trône au dessus, je me dirige vers la gauche et j’emprunte les escaliers pour débuter la visite. Une fois en haut, des documents de l’exposition sont proposés dans une salle à ma droite. Pour débuter la visite, il faut traverser la passerelle menant à l’intérieur du donjon et à son premier étage.

La visite s’ouvre par la découverte de l’une des premières œuvres de l’artiste, réalisée en 1998. Au sein de cette pièce dénuée de mobilier se dresse un unique présentoir sur lequel est posée une valisette en aluminium. Elle diffuse un enregistrement téléphonique des conversations téléphoniques du jeune artiste alors âgé de 20 ans et de galeristes parisiens. Une entrée en la matière pour la moins originale !

L’Histoire de France revisitée par ZEVS

La salle du Roi propose de découvrir deux œuvres. La première est une  grande peinture à l’huile ornée de feuilles d’or blanc : la référence à la célèbre Cène de Léonard de Vinci est évidente. Au premier plan est superposée une photographie retravaillée d’un dîner à la Maison Blanche de Barack Obama accompagné de dirigeants de grandes entreprises. Cet ensemble évoque la multiplicité et la complexité des liens unissant ces formes de pouvoir diverses.

Tableau de ZEVS ©CDT94/A. Bertrand

La seconde se situe au fond de la pièce : un buste de Louis XIV trône sur un socle miroir démultipliant l’œuvre et l’architecture de la pièce. Le souverain apparaît liquéfié par le soleil, un comble pour celui qu’on surnomme le Roi Soleil !

La visite suit son cours et, après plusieurs secondes d’hésitation, je me décide à pousser le rideau noir qui se dresse devant moi. Je pénètre dans un couloir aveugle au bout duquel se trouve une petite fenêtre à ma hauteur. Pas de doute, c’est bien elle : La Joconde me sourit et semble m’observer. Un sac à main recouvert d’or est posé devant l’œuvre iconique.

Une porte dérobée, à côté, m’amène au sein de la salle du conseil, qui faisait office au Moyen-âge de lieu de réception et de séances de travail du Roi et de ses conseillers. Une vidéo est projetée : elle retrace l’expérimentation d’embrasement de la statue Saint-Louis située à l’angle nord-ouest du château. Sur les murs sont accrochées les œuvres de « Visual Rapes », des photographies sublimées sur de l’aluminium. Ces portraits de personnalités politiques historiques présentent des personnages dont les visages sont occultés par une lumière vive en masquant l’identité mais qui restent tout de même facilement reconnaissables.

Une collection d’œuvres contestataires

La salle du trésor abritait autrefois l’or du royaume. ZEVS y fait écho avec son installation « Mon trésor », une machine à presser la monnaie que les visiteurs peuvent utiliser pour frapper une monnaie aux insignes de l’artiste. Un conseil : n’oubliez pas d’apporter vos pièces de 5 centimes et assurez-vous de tourner la manivelle une dizaine de fois pour créer ce souvenir de l’exposition !  

Au sein de la pièce sont également disposés deux transats rayés, jaune et noir. Les rayures évoquent les barreaux de la prison tandis que le jaune est en lien avec diverses multinationales dont le jaune est la couleur du logo. Véritable fil conducteur  de l’exposition, ce motif se retrouve dans de nombreuses œuvres de l’artiste au sein du château, et notamment à l’entrée principale.

La détente, selon ZEVS ©CDT94/A. Bertrand

Au fond, un élément n’a pas sa place dans ce lieu historique et attire mon attention : un distributeur automatique ! Il ne distribue toutefois aucun bonbon ni barre chocolatée. À l’intérieur sont disposées de nombreuses assiettes à l’effigie de figures historiques qui furent toutes condamnées à mort et guillotinées, faisant écho à l’ancienne fonction de prison du château de Vincennes. Plusieurs fois par jour, des assiettes tombent et se brisent, symbolisant ces exécutions.  

Le distributeur de Zevs ©CDT94/A. Bertrand

L’accès au troisième étage du donjon se fait sur réservation (tant pis pour moi !) et permet de découvrir l’installation « Visual Kidnapping, Pay Now !!! », où vous êtes accueillis par l’égérie grandeur nature d’une pub Lavazza, un kidnapping visuel orchestré par ZEVS en 2002.

« Visual Kidnapping, Pay Now !!! » de Zevs ©CDT94/A. Bertrand

Découvrez le château de Vincennes autrement

J’emprunte le long escalier en vis aménagé dans l’une des tourelles d’angles pour poursuivre la visite. Tout en bas, l’ancienne cellule du Marquis de Sade abrite un magnifique jeu d’échecs dont les pièces évoquent des logos de marques. L’œuvre interroge sur les enjeux et stratégies historiques de l’Histoire contemporaine. Le mobilier rayé ainsi que le jeu de lumières viennent sublimer cette pièce au passé si sombre.

Découverte de l’échiquier dans l’ancienne cellule ©CDT94/A. Bertrand

Dernière étape de l’exposition, la découverte de la collection LDV imaginée par l’artiste en hommage à Léonard de Vinci et dont les accessoires de mode en cuir sont disposés dans des vitrines. À côté sont empilées des boîtes estampillées du logo de la marque et me font penser à celui d’une autre marque française connue pour ses créations de malles de voyage.

La collection LDV ©CDT94/A. Bertrand

Avant de partir, n’oubliez pas de pousser les portes de la Sainte Chapelle du château de Vincennes pour découvrir l’installation « Perpetual Ending » marquant la fin de cette visite.

« Perpetual ending », oeuvre clôturant cette visite ©CDT94/H. Sallet-Lavorel

Je traverse la cour du château, ayant le sentiment d’avoir vécu une expérience unique mêlant modernité et patrimoine au sein de ce lieu peu commun : la dernière résidence royale médiévale en France.

Informations pratiques pour visiter l’exposition

L’exposition « Noir éclair » de ZEVS s’est tenue du 16 septembre 2016 au 29 janvier 2017 dans le donjon du château de Vincennes.

Découvrez également le château toute l’année lors de visites libres ou commentées de l’enceinte, du Donjon et de la Sainte Chapelle. Des audioguides payants sont aussi disponibles. Retrouvez l’ensemble des informations pratiques pour préparer votre visite.

Et vous, avez-vous vu l’exposition ? Dites-nous en commentaire ce que vous en avez pensé !

Commentaires

sandrine virbel - Le 22 janvier 2017

Étonnante exposition! L'art contemporain et contestataire de ZEUS y côtoie le témoignage d'un passé historique et royal. Passée la première surprise, le visiteur se prend au jeu et découvre avec une certaine gourmandise, les œuvres irrévérencieuses qui ponctuent les lieux.C'est décalé à souhait mais ça finit par dialoguer avec le donjon ou la sainte-chapelle. N'en déplaise aux réac', l'Histoire et l'art contemporain peuvent s'unir, dialoguer et nous enchanter... Et merci au jeu-concours facebook grâce auquel j'ai gagné une place pour cette exposition!

Alexis Bertrand - Le 23 janvier 2017

Bonjour Sandrine et merci pour votre témoignage. Nous sommes contents que cette visite vous ait captivée ! À bientôt pour de nouvelles expériences insolites en Val-de-Marne :)

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *