VISITE DES OEUVRES PATRIMONIALES RESTAURÉES DÉCORANT LA MAIRIE

Description

Visite des œuvres patrimoniales décorant la mairie restaurées en 2003-2004 : huiles sur toile monumentales d'Henry Eugène DELACROIX inscrites au titre des Monuments historiques et vitraux de Jacques GRUBER classés Monuments historiques. La Ville commande une série de peintures monumentales représentant des paysages caractéristiques de L’Haÿ au peintre Henry Eugène DELACROIX, qui les exécute entre 1908 et 1911, pour décorer la salle des mariages de l’ancienne Mairie. La moisson et La fenaison nous rappellent qu’alors, L’Haÿ, petite commune agricole, vivait au rythme des travaux des champs. L’évocation des lieux de détente et de villégiature - Les bords de Bièvre et La Roseraie – et du centre du village - la Vue de la rue du Val, avec l’église Saint-Léonard et la fontaine Bronzac, est habituelle dans les décors de mairies. Les œuvres d’Henry Eugène DELACROIX perpétuent les traditions picturales de la deuxième moitié du XIXème siècle : le réalisme paysan de Jean-François MILLET et de Jules BRETON, l’art décoratif clair et mat à l’atmosphère calme et poétique à la manière de Pierre PUVIS DE CHAVANNES, l’impressionnisme qui étudie les reflets et les rend par de petites touches de couleurs juxtaposées. Ces œuvres sont inscrites au titre des Monuments historiques depuis 2007. La présentation des deux verrières de la Salle du Conseil à l’Exposition des Arts Décoratifs à Paris en 1925 consacre l’oeuvre de leur auteur, Jacques GRUBER. Déposées par l'État à la Mairie de L’Haÿ-Les-Roses en 1926, ces verrières sont aujourd’hui classées Monuments historiques. Ces deux vitraux représentent respectivement La Pêche et La Chasse. Dans la première allégorie, des pêcheurs, sur un bateau, remontent un filet dans lequel des poissons se sont laissés prendre. Dans la seconde allégorie, des chasseurs, à dos d’éléphant, traquent un tigre. Ces oeuvres Art Déco constituent des « mosaïques intégrales », selon l’expression de leur auteur. En effet, ce type de vitrail, inventé par Jacques GRUBER au sortir de la Première Guerre mondiale, se compose d’un grand nombre de pièces de verre. Le plomb remplace la grisaille, jusqu’alors utilisée pour peindre les détails / il façonne des scènes aux formes simplifiées et à la composition géométrique. Dans ces oeuvres, la créativité du maître-verrier Jacques GRUBER naît aussi de la combinaison de différentes techniques de création du verre. Il emploie simultanément des verres teintés dans la masse dont les couleurs contrastent violemment, des verres doublés dont les feuilles de couleurs superposées créent des vibrations lumineuses très douces, des verres blancs translucides à reliefs qui retiennent la lumière et scintillent, ainsi que des cabochons de verre taillé.

Labels & classements

  • Visite guidée

Types

  • Immatériel

Informations spécifiques

  • Zone ville : L'Hay-les-Roses

Mon itinéraire