Théâtre : Maothologie + Usine vivante

Dates

Du 03/02/2017 au 04/02/2017

  • Vendredi : de 19h00 à 20h15
  • Samedi : de 19h00 à 20h15

Description

Théâtre documentaire épique proposé les 3 et 4 février 2017 à Gare au Théâtre dans le cadre de “écritures du réel”.

Diptyque sur la thématique des expériences de luttes ouvrières :

MAOTHOLOGIE

Créé à partir de l’ouvrage de Robert Linhart et de l’histoire familiale, ce solo aborde un phénomène historique peu relaté, celui des « établis » * dans les années 1960-1980... et interroge les formes que peuvent prendre l’engagement militant.

Maothologie est une enquête historique et personnelle. De cette voix-témoin, celle du père, naissent les visions naïves, rêvées ou fantasmée de la fille et sa parole de narratrice. Une histoire racontée à deux voix liées par un pacte de transmission d’un récit. En plus d’apporter un nouveau témoignage sur un phénomène historique peu relaté, il s’agit de faire le récit de l’établissement, du travail à la chaîne, de l’intégration dans l’usine, et de se placer à la frontière du mythe politique et de la réalité du travail ouvrier, entre l’exaltation militante et les doutes personnels.

(*) Inspirés par les principes maoïstes de la révolution culturelle, des militants d’extrême-gauche lancent en France, un peu avant la grève générale de 1968, un mouvement d’établissement dans les usines. Avec la Gauche prolétarienne, c’est d’abord des jeunes intellectuels qui choisissent le déclassement volontaire, afin de partager les conditions de vie des ouvriers, gagner les éléments les plus avancés aux idées révolutionnaires et organiser des grèves ouvrières.


USINE VIVANTE

Usine vivante est un spectacle-récits* sur l’histoire de l’usine automobile Chausson à Gennevilliers, récemment démolie.

C’est un projet de géolocalisation inefficace mais probant, une plongée dans une mythologie collective, une entreprise éphémère de retour vers le futur, un bricolage de sentiments contradictoires, une affaire d’hommes et de femmes au milieu des machines, un grand bruit blanc avec parfois des sons en forme de trompes, une enquête déjà résolue, un parcours fantôme, une fouille dans le passé pour affronter le présent et émettre de vagues hypothèses pour le futur, une idée qui repose sur celles des autres, une superposition de couches sédimentaires de récits humains, une opportunité de voir le monde en noir et bleu, un projet d’écoute attentive de voix porteuses d’une réalité disparue, une sensation de membre fantôme, une écriture collective sans auteur, une exploration du vide en présence, un trou rempli de pensées compactes.

C’est un travail de mémoire, une tentative de saisie de visions fragmentaires enfouies dans des souvenirs confus.

(*) Les textes sont issus d’entretiens réalisés auprès d’ancien(ne)s de l’usine Chausson et d’habitant(e)s de Gennevilliers.
Production : Compagnie Sans la nommer et la Maison du développement culturel - Ville de Gennevilliers

Horaires

à 19h00 les 3 et 4 février, durée 75 minutes

Labels & classements

  • Culture

Types

  • Spectacles et cinéma

Informations spécifiques

  • Zone ville : VITRY-SUR-SEINE

Tarifs

Tarif Min. Max.
Tarif de base 13€
Tarif réduit 10€

Mon itinéraire